Skip to main content

Déco : des sols écologiques

Je suis fan de déco et avec le printemps, nous sommes prises d’une frénésie : rendre son chez soi, tout beau ! Et si c’est écologique, c’est mieux !

Focus sur des parquets écologiques et durables :

« Revêtements de sols écologiques : parquet en bambou

Tous les planchers en bois ne sont pas particulièrement écologiques. Certains bois peu onéreux subissent de nombreux traitements chimiques. Ce qui détermine un plancher écologique, c’est avant tout son conditionnement, sa pose et son traitement.

Les planchers les plus respectueux de l’environnement sont ceux en chêne et en châtaigner. En effet ces bois subissent peu de traitements et les cycles de pousse sont généralement respectés. Il faut tout de même compter environ 30 euros le mètre carré pour un plancher en chêne, 20 euros pour un plancher en châtaigner. A ces planchers certes d’une extrême qualité mais souvent onéreux, d’autres alternatives existent.

Le bambou est une plante qui pousse relativement vite (sa croissance fait partie des plus rapides au monde parmi les plantes) et permet donc une utilisation importante sans mettre en péril l’écosystème. Le bambou est disponible à partir de 15 euros le mètre carré. Son prix possède toutefois de grandes variations et peut aller jusqu’à 50 euros le mètre carré selon le type de parquet. Il peut être présenté vernis ou naturel et offre une bonne résistance et une très bonne souplesse. Il est même plus résistant qu’un parquet en chêne (jusqu’à 30% plus dur) et il se dilate ou se rétrécit deux fois moins.

Le bambou est plus chaud au toucher que le bois ce qui lui donne un aspect plus chaleureux. Il résiste très bien aux moisissures et le bilan écologique de ce matériau est excellent ».

Srce : matériaux écologiques

© Elenathewise

Bio ou éthique : faut-il choisir ?


Trop de marques surfent aujourd’hui sur le green washing ! Et oui, c’est tendance de surfer sur la vague du naturel et du bio ; aussi, beaucoup de marques se targuent de proposer des gammes naturelles, allant même jusqu’à parler d’ingrédients bio alors même qu’elles n’apportent aucune transparence quant à la provenance de leurs ingrédients, et sans labels extérieurs pouvant rassurer le consommateur.

En effet : n’est pas bio qui veut ! Naturel ne veut pas dire bio ! Je sais de quoi y perdre son latin…

Voici quelques pistes d’éclairage :

Les cosmétiques naturels ne sont pas forcément bio, ils sont composés majoritairement d’ingrédients naturels mais rien ne règlemente le pourcentage naturel par rapport au pourcentage d’ingrédients « non naturels ».

Alors qu’un cosmétique bio contient forcément a minima 98% d’ingrédients naturels, et sur ce minima, au moins 10% de ces ingrédients doivent être bio pour pouvoir être certifié bio par les deux seuls organismes français habilités à vérifier que les marques dites « bio » le sont vraiment !

Alors faire le choix du bio pour une marque est véritablement un engagement de la marque.
En effet, quand une marque française comme NoireôNaturel a fait le choix du naturel et du bio, c’était (et c’est toujours) pour respecter les engagements en faveur du développement durable prôné par NoireôNaturel depuis la naissance du concept : deux ans et demi tout de même ! Nous aurions pu surfer sur  la vague, nous aussi mais nous avons fait le choix de la transparence, nous voulions faire du bio et cela passait forcément par la certification ! Il fallait que nos utilisatrices sachent exactement comment était composé nos produits. Les labels d’ECOCERT et Cosmébio apportent cette fiabilité !
Et pour aller jusqu’au bout de nos engagements nous avons introduit 9 fois plus d’ingrédients bio que nécessaires pour l’obtention de la certification : vous trouverez jusqu’à 97% d’ingrédients bio dans notre gamme ! Je ne vous parle pas des emballages qui respectent l’environnement.

Une piqûre de rappel fait toujours du bien car aujourd’hui : vous pouvez faire le choix de consommer autrement sans céder au lobby du tout vert qui peut entrainer confusion chez vous les consommatrices finales.
Alors, n’oubliez pas de lire les étiquettes, de poser des questions, de prendre connaissances des engagements de la marque qui vous intéresse, d’observer la transparence de la communication de cette marque, et enfin de comparer les quantités et le prix au litres, et non le prix à la bouteille, attention ! Bref d’être de véritables consomm’actrices !

Voilà c’était un petit coup de gueule contre la désinformation !


Cosmétiques Bio : comparez les prix !

Que vous hésitiez ou que vous soyez convaincues des bienfaits des cosmétiques naturels et biologiques, vous qui voulez le meilleur pour soigner vos cheveux qu’ils soient bouclés ou crépus, que vous ayez la peau noire ou métissée, comment vous y retrouver dans la jungle des prix et des étiquettes ?

Comme nous vous l’avions expliquer lors d’un précédent billet, pour savoir ce que contiennent vos cosmétiques, la première des choses à faire est de lire vos étiquettes et ou fiches descriptives de produit.
Vous y retrouverez la liste des ingrédiens, avec le pourcentage d’ingrédients naturels, et le pourcentage d’ingrédients issus de l’agriculture biologique. Les ingrédients sont classés par ordre d’importance. Aussi, si vous voulez comparer deux produits de marque différentes,  regarder s’ils ont le même pourcentage d’ingrédients biologiques, si le produit est certifié ou non, et enfin sa contenance, car nous sommes d’accord si vous payez le shampoing de la marque X 17€ et que le concurrent Y le vende à 19€ mais avec une contenance de 50 ml de moins, ce n’est pas la même chose !

En un mot, restez vigilantes, et agissez en consom’actrice, ne vous laissez pas guider uniquement par le marketing, et ne vous leurez pas, les produits de qualité et à la composition irréprochables sont rarement les moins chers, mais après tout, la qualité à un prix et puis vous le valez bien, alors faites-vous plaisir !

Il vaut mieux avoir « quelques » bons cométiques dans sa salle de bain, sous peine de voir ses étagères envahies de pots et de flacons entammés et qui finiront à la poubelle, certaines se reconnaîtrons !